ShareThis

15 juillet 2016

Ma révérence [Lupano & Rodguen]

Les auteurs : Je ne présente plus Wilfrid Lupano, le scénariste, qui est un classique sur ce blog. Par contre, quelques mots sur le dessinateur Rodguen qui l'accompagne pour cet album, Ma révérence. Né en mai 1969 en Picardie, il a travaillé dans l'animation notamment pour les studios Universal ou encore Dreamworks tout en continuant la bande dessinée. Ma révérence a obtenu le prix du Polar SNCF au Festival d'Angoulême 2014.

L'histoire : Depuis maintenant un mois, je bois mon café tous les matins à la brasserie des Sports, à côté de Bernard. Il est convoyeur de fonds...

Bernard, c'est mon ticket pour les tropiques. Un beau jour, j'ai pris la décision ferme et définitive de m'emparer de tout l'argent que contient son camion et de tirer ma révérence... et ce jour-là, ma vie a changé.

Mon avis : Vu les déceptions provoquées par mes dernières lectures de Lupano, je craignais un peu de commencer cette Révérence. Esprit de contradiction ? J'ai au contraire bien aimé cet album.

Certaines répliques font vraiment mouches et m'ont bien fait ricaner. L'histoire pourrait être violente - un braquage - mais le côté décalé du personnage de Vincent, le narrateur, un parfait loser qui va de tuile en tuile alors qu'il pense anticiper correctement, apporte un peu de légèreté. Et surtout, surtout, Gaby ! J'ai adoré Gaby. Il est terrible ! Il n'a aucune envie de faire semblant, de s'intégrer, et du  coup ça donne des dialogues savoureux ! Nos deux bras cassés forment un duo de choc comme il est rare d'en voir, et bigrement attachant les bougres.

Ma révérence, planche (clic pour voir en plus grand)
L'intrigue s'avère complexe et habilement construite. Complexe, parce qu'il ne faut pas se perdre au début dans les circonvolutions du narrateur, qui ne prend pas le fil de l'histoire tout de suite dans l'ordre. Mais tout se remet vite en place, pas de crainte. On se doute bien sûr que tout n'ira pas comme sur des roulettes dès le début... mais impossible d'imaginer ce qui va se passer réellement. À la fois polar, critique de la société et drame intimiste, cet album vise large tout en restant vraiment pertinent.

Le dessin de Rodguen fait merveille ici. Un trait précis qui montre toute la complexité des personnage et sait les rendre expressifs au possible, sans être pour autant dénué d'une forme de tendresse. Il sait également insuffler le dynamisme qui correspond au scénario proposé par Lupano.

Ma révérence, de Lupano et Rodguen
Dargaud
Septembre 2013