ShareThis

24 octobre 2018

BD Express #11

Labyrinthes tomes 1 à 4, de Pendanx, Dieter et Le tendre

Le professeur Ariane est un illustre savant spécialisé dans les sciences occultes et le paranormal. Pour lui, spiritisme et incantations sont des outils qui lui permettent de résoudre des énigmes et de se rapprocher toujours plus du mystérieux groupe des Sept Anges...

Une série assez banale et tout à fait dispensable. Il y avait matière, je pense, à accrocher bien davantage le lecteur. D'autant que les tomes semblent n'avoir que peu de rapport et sont très inégaux. Le meilleur étant certainement le deuxième tome, reprenant le mythe d'Orphée. Le dessein des Sept Anges se révèle bien trop tard pour qu'on mesure un danger quelconque autour d'une machination. Et le professeur Ariane, personnage principal, est un homme d'un certain âge assez renfermé dont on ne sait en fait pas grand chose en dehors de ce qui nous est tout le temps répété : il aime aller à la rencontre des phénomènes paranormaux. Les relations entre différents personnages sont totalement passées sous silence, empêchant de construire un monde bien défini dans l'esprit du lecteur. Bref, ça aurait pu être bien, mais c'est juste moyen.


L'heure la plus sombre vient toujours avant l'aube, d'Emmanuel Moynot

Lui est chauffeur routier. Une femme, des gosses. Elle, serveuse dans un restoroute. Seule, un fils en prison. Fatigués tous les deux. Par le manque d’amour, par les emmerdes qui tombent dru. Par la vie, pénible et sans horizon, terne et froide. Ils ne se connaissent pas vraiment, juste bonjour, bonsoir, quand Jean-Claude, de temps à autre, gare son bahut près du restoroute où s’étiole Nouria. Quand sa Majesté Salopard 1er, le patron de Nouria, s’est mis à la frapper, Jean-Claude n’a pas hésité un instant. Il s’est interposé, a balancé son poing dans la figure du connard, et a embarqué Nouria dans son camion. Jean-Claude, c’est pas le genre main au panier et tout ça, non, juste un homme gentil, un peu timide aussi. C’est pour ça que Nouria, méfiante quand même, parce qu’elle n’a jamais eu vraiment de chance avec les mecs, s’est laissée faire. Et ne sachant pas vraiment où aller, s’est laissée convaincre par Jean-Claude de passer une nuit ou deux dans une piaule appartenant à un copain, à Lormont, près de Bordeaux. Loin du restoroute.

Quand la violence psychologique prend la place de la violence physique, ce n'est pas toujours facile pour la victime de comprendre ce qui lui arrive, l'enfermement dont elle est la cible. Nouria pensait trouver en JC une homme différent, un amour salvateur. Elle y trouve un malheur quotidien qui prend juste une forme différente. L'auteur choisit d'alterner les voix des deux protagonistes pour raconter cette descente en enfer. Un album qui se lit bien mais qui n'est pas très marquant. 


Guide du mauvais père tomes 1 à 3, de Guy Delisle

Oublier le passage de la petite souris, traumatiser sa fille avec une terrifiante histoire d'arbre qui pousse dans l'estomac, dénicher des conseils peu avisés pour encourager fiston à taper plus fort sur le punching bag... Guy Delisle, un mauvais père ? Non, un auteur de bande dessinée qui sait puiser l'imagination là où elle se trouve, avec un sens aigu de l'observation et une bonne dose d'autodérision.

Empruntés un peu par hasard à la bibliothèque, sur la simple idée de voir ce que donnait Guy Delisle dans un registre purement comique, après avoir apprécié ces récits biographiques et ses témoignages plus graves. Les situations et anecdotes décrites sont touchantes voire drôles, même si on peut douter que le père tiennent réellement de tels propos à ses enfants. Le dessin à la patte caractéristique de l'auteur, a peut être trop de place par rapport au texte, peu existant, ce qui fait qu'on se retrouve à la fin d'un volume en moins de deux.