ShareThis

13 janvier 2020

La piste aux étoiles [Nicolas Lebel]

Où l'on retrouve Nicolas Lebel, notre jeune auteur français, après les aventures de Merhlicht, dans un tout autre exercice.

L'histoire : Quand on propose à l’Embaumeur de participer à un projet d’exposition de cadavres, il faut s’attendre à un refus : un défunt, ça se respecte, ça ne s’exhibe pas ! Mais dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut, encore moins lorsqu’Interpol s’en mêle. Mandoline va devoir s’inviter dans la folie morbide d’un artiste mégalo et s’infiltrer dans sa forteresse turque pour tenter de lever le voile sur un trafic international de cadavres… L’Embaumeur joue les Monsieur Loyal dans un drôle de cirque…

Mon avis : Après avoir découvert Nicolas Lebel et son personnage du capitaine Merhlicht plein de verve, j’attendais beaucoup de cette nouvelle série proposée grâce à Netgalley et FrenchPulp Editions. Cette nouvelle maison d’édition propose des histoires se prêtant à la lecture feuilletonesque, une littérature facile, rythmée, du genre roman de gare au sens premier du terme, c’est-à-dire des récits qui se lisent le temps d’un voyage. Si j’avais lu le concept avant d’entamer ma lecture, je n’aurais pas ressenti cette pointe de déception car il s’agit forcément d’un roman d’un genre différent et je n’ai pas retrouvé ici le verbe haut et l’attitude pleine de morgue de Merhlicht chez Luc Mandoline, thanatopracteur de son état.

On est loin de Merhlicht donc et davantage sur un personnage circonspect et méfiant, à l'humour pince sans rire, qui n’hésite cependant pas à s’opposer quand il estime que les bornes sont dépassées. Sur l’histoire, cela ressemble beaucoup à la série Agence 13 de Serge Brussolo : l’univers proposé est quasiment en huis clos dans une bâtisse atypique, dans laquelle le personnage principal tente d’accéder ou de découvrir les mystères de certaines pièces qui lui sont cachées et où règne une ambiance morticole. Une forme d’enquête se dessine donc, même si elle est peu crédible, le tout avec une pointe légère d’humour, qui pourrait être beaucoup plus appuyée à mon goût. Ceci dit, le contexte lui est tellement bien trouvé et bigrement ancré d’actualité qu’une fois la lecture finie, on se demande tout de même si ce ne serait pas possible. Car plus c’est gros, plus ça passe, c’est bien connu.

Ce qui fait le charme de ce genre de récit ? le côté fun, déjanté, farfelu, avec un fond qui finit par faire légèrement réfléchir. Et on a tous ces ingrédients ici pour passer un bon moment sans prétention. Après, au-delà du récit proprement, c’est l’exercice qui est assez sympathique à suivre : Luc Mandoline est un personnage créé il y a déjà bien longtemps et dont chaque aventure est écrite par un auteur différent. Il a été initié par l’atelier Mosesu et compte à ce jour plus d'une dizaine de titres.

La piste aux étoiles, de Nicolas Lebel
French Pulp Éditions pour Kindle
Novembre 2019

3 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Loin du Lebel que j'aime, mais j'ai découvert cette série.

dasola a dit…

Bonsoir La chèvre grise, à te lire, je pense que j'attendrai le prochain roman avec le capitaine Merhlicht. Bonne soirée et très bonne année 2020.

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots et Dasola : oui, clairement ce n'est pas du niveau de Mehrlicht.