Dune [Frank Herbert]

L'auteur : Né en octobre 1920 et mort en février 1986, Frank Herbert est un auteur américain de romans de science-fiction dont le plus connu est certainement Dune, considéré comme un classique du genre.

L'histoire : Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite.
Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'histoire.
Cependant, les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique : elles veulent créer un homme qui réunira tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?

Mon avis : Mon premier contact avec l'univers de Dune remonte à mon adolescence, où j'étais tombée sur le film de David Lynch au bout duquel je n'avais pas pu aller. Passé 30 minutes, j'en avais vu assez. Du coup, lire le roman ne m'emballait pas vraiment. Mais Mister a voulu voir l'adaptation proposée par Denis Villeneuve en 2021 ; je l'ai accompagné et j'ai été emballée. Il était donc évident que je lirais le roman.

Alors, ai-je été trop influencée par le film ? C'est possible. J'avoue avoir beaucoup apprécié ma lecture sur la première moitié qui correspond à l'adaptation proposée par Villeneuve. J'avais en tête les images magnifiques du film, je connaissais l'histoire, je me suis laissée porter. Ca s'est gâté sur la deuxième moitié du roman, où je me suis royalement enquiquinée ! C'est long, lent et surtout mal écrit : avec des ellipses qu'il faut combler (comme comprendre qu'il s'est passé plusieurs années entre le moment où on laisse Paul et Jessica intégrer la tribu Fremen et le moment où on le retrouve brusquement marié, père et chef de tribu) ou encore un manque cruel de rythme pour les scènes d'action par rapport aux scènes plus introspectives. Et les atermoiements de Paul ont fini par me lasser sérieusement.

C'est d'autant plus dommage que l'univers est vraiment riche et inventif. Il y a une vraie matière à exploiter. Mais comme souvent avec la science-fiction, je suis déçue par la façon dont l'auteur exploite ses idées ingénieuses (seul Dan Simmons a su trouver grâce à mes yeux dans le genre space opéra). 

Bref, si je suis contente de m'être enfin frottée à ce monument de la littérature, je n'ai pas été suffisamment séduite pour poursuivre la saga.


Dune, de Frank Herbert
Traduit par Michel Demuth
Éditions Robert Laffont pour Kindle
Septembre 2020

Commentaires

Alex Mot-à-Mots a dit…
Contrairement à toi, j'étais allée jusqu'au bout du premier film mais n'avait pas pu lire le roman. J en'ai donc pas vu la récente adaptation.