Le pape, le kid et l'iroquois [Anonyme]

Oulala, voilà cinq ans que je n'avais pas retrouvé le Bourbon Kid après ma lecture du Livre de la mort. Il était grand temps de reprendre cette série !

L'histoire : Vous aimez Grease, le Pape et les psychopathes ? La rencontre explosive du Boubon Kid et du tueur à l'Iroquoise...
D’un côté, le Bourbon Kid, tenant du titre du tueur en série le plus impitoyable et le plus mystérieux que la terre n’ait jamais porté. De l’autre, avec plus d’une centaine de victimes à son actif, l’Iroquois, blouson de cuir rouge, masque d’Halloween surmonté d’une crête, challenger et sérieux prétendant au titre.
Le combat s’annonce terrible.
Dans les coulisses : une organisation gouvernementale américaine top secrète spécialisée dans les opérations fantômes, une nonne, un sosie d’Elvis, quelques Hells Angels et une cible de choix pour nos psychopathes frénétiques : le pape, en voyage secret aux Etats-Unis. Sur la musique de Grease, nous vous convions au spectacle littéraire le plus déjanté de la décennie.

Mon avis : Bébé, que l’Iroquois dans Psycho Killer avait sauvé des tueries du B Movie Hell, tente de reprendre une vie normale, tout en se berçant de douces pensées pour son sauveur, l’Iroquois, qu’on accuse de vouloir tuer le pape. Pourtant, avec l’aide d’Elvis, du Bourbon Kid et de Rodéo Rex, nos deux tourtereaux font tout faire pour sauver sa sainteté d’un complot infâme, alors qu’il est venu présenter un remède miracle à son cancer de la peau qui le rongeait.

J’avoue avoir arrêté depuis longtemps de me rappeler la chronologie des différents épisodes du Bourbon Kid. Je me plonge donc dans chaque roman pour y retrouver l’ambiance et la gouaille des différents personnages, avec un faible pour le côté mystérieux du Kid lui-même. Le Kid ici endosse un rôle au final assez mineur mais toujours impressionnant dès qu’il apparait.

Encore une fois on se prélasse dans l’hémoglobine, le gore et l’univers de séries B pour notre plus grand plaisir. On pourrait croire qu’il n’y a aucune morale, mais en fait, toute cette violence n’est souvent pas si gratuite qu’il n’y paraît au premier abord. Les personnes massacrées sont rarement des victimes innocentes. C’est toujours bourré d’humour et les références aux comédies musicales avec de la romance à l’eau de rose sont d’autant plus amusantes qu’elles s’inscrivent dans un univers saturé de violence. L’auteur propose un véritable spectacle, qu’on imaginerait bien adapté en film tellement tout y est très visuel avec des deus ex machina à outrance. Je retiendrai particulièrement l’idée de l’œuf Kinder : pas sur de les regarder de la même façon la prochaine fois que j’en vois un !

J’avoue cependant ne pas retrouver le même plaisir que sur les deux premiers volumes, comme si l’auteur usait et abusait un peu trop de cette recette qui a fait son succès. J’aimerais une nouvelle aventure, centrée sur le Bourbon Kid et complètement détaché des autres récits. Après, je n’ai pas boudé mon plaisir pour autant ! 

"Frank et Kevin passèrent timidement la tête par la porte. Pour être plus précis, le Bourbon Kid passa leurs têtes par la porte. Il portait un long manteau noir avec la capuche relevée et tenait la tête de Kevin dans la main droite et celle de Frank dans la main gauche."

Le pape, le kid et l'iroquois, d'Anonyme
Traduit par Cindy Colin-Kapen
Sonatine pour Kindle
Septembre 2015

Commentaires

Alex Mot-à-Mots a dit…
Cette série n'est donc pas terminée ?
La chèvre grise a dit…
@ Alex Mot-à-mots : oula, non pas du tout. Il y a encore 2 épisodes que je n'ai pas lus. Bon, j'avoue que je ne me souviens plus trop des épisodes précédents dans les détails et que maintenant je m'attache plus à l'ambiance.