True story [Kate Reed Petty]

L'auteur
: Kate Reed Petty est une autrice américaine qui a publié dans plusieurs magazines et a réalisé plusieurs courts métrages. True Story est son premier roman.

L'histoire : Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie. Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1000 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s'est-il passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu'ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants... la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ? Faut-il se venger ou pardonner ? Ou mieux vaut-il tout oublier ? Mais peut-on oublier ce qu'on n'a jamais vraiment su ?

Mon avis : Qu’est-ce que le vrai ? Les faits ? Quand on ne les connait pas, comment se faire un avis ? Et surtout comment se construire quand tout un pan de notre histoire nous échappe ? D’autant plus quand il s’agit d’un événement traumatique qui va avoir un impact sur le reste de votre vie. Comment se confronter à son passé ?

On suit les principaux protagonistes de ce moment clé, une fête de lycée qui dégénère, sur 15 ans : Alice la victime, Nick un ami des deux jeunes hommes qui l’auraient agressée ou Haley son amie. Pendant ce récit, le lecteur se rend compte qu’aucun n’est sorti indemne de cet instant. A tort ou à raison, ce n’est pas vraiment la question. Ils sont hantés par la rumeur qui s’est propagée.

Le récit est volontairement décousu, la trame narrative classique déconstruite. On passe d’un récit à la troisième ou à la deuxième personne, à un scénario très naïf de film d’horreur, puis à des brouillons de lettre de motivation ou à un monologue. Les différents personnages peuvent prendre la parole, sans respect de chronologie. Le lecteur ne sait jamais ce que sera le chapitre suivant et doit reconstruire la trame.

C’est efficace, ça tient en haleine, mais c’est parfois excessif, comme si l’ensemble tenait plus de l’exercice de style que de la volonté de dire quelque chose. Comme si l’autrice s’était concentrée sur la forme plus que sur le fond, pourtant très pertinent. Au final, si le propos est intéressant, le lecteur se perd dans ce méli-mélo de formes.


« Les monstres existent, les fantômes aussi, ils vivent à l’intérieur de nous ».


True Story, de Kate Reed Perry
Traduit par Jacques Mailhos
Éditions Gallmeister
Août 2021

Commentaires

Alex Mot-à-Mots a dit…
Dommage, ça avait l'air intéressant.
La chèvre grise a dit…
@ Alex Mot-à-mots : d'autres ont vraiment beaucoup aimé, donc tu peux tenter.