MAM Paris #10 : Le peignoir jaune de Tal-Coat

Toujours dans la découverte des oeuvres du Musée d'Art Moderne de Paris, après les Danseuses de Marie Laurencin, voici Le peignoir jaune de Tal-Coat.

Tal Coat, de son vrai nom Pierre Jacob est un peintre, graveur et illustrateur français né en 1905 et mort en 1985. Après un apprentissage de forgeron, il devient clerc de notaire puis mouleur et peintre céramiste. Arrivé à Paris en 1924, il est mouleur à la Manufacture de Sèvres et se lie avec peintres et galéristes : il expose sous le pseudonyme de Tal Coat (« Front de bois » en breton). Gruber, Giacometti, Hemingway, Picabia, Balthus... sont autant de ses fréquentations. Il devient membre du mouvement Forces nouvelles. Il est mobilisé en 1939 puis démobilisé l'année suivante. Son œuvre est marquée par un avant et un après 1945. Avant 1945, il est influencé par divers mouvements picturaux tandis qu'après 1945 il se tourne clairement vers l'abstraction. En 1963 il collabore aux réalisations de la Fondation Maeght par une mosaïque sur le mur d'entrée.

Le peignoir jaune, Tal-Coat - 1935, huile sur toile

Pour l'œuvre qui nous intéresse ici, elle appartient clairement à la première période. Le graphisme est sec, simple, dépouillé mais non dénué de détails si on regarde de près le peignoir, les couleurs vives et saturées au point que le personnage semble maladif malgré le soleil qui envahit la pièce et qu'on devine aux reflets sur le mur derrière lui. C'est cette opposition qui m'a intriguée dans ce tableau : cette atmosphère de vitalité et cet homme au visage émacié et aux yeux qui lui mangent le visage.

Commentaires

nathalie a dit…
Quelle couleur ! Ce grand monochrome jaune qui n'est pas monochrome du tout et les touches de vert et de rouge. C'est très réussi !

Posts les plus consultés de ce blog

La cité Abraxas

Musée du Quai Branly #4 : Amériques