Jamais, le jour J [Duhamel]

Cinq ans après ma lecture de Jamais qui avait été un coup de cœur, je ne pouvais pas ne pas tenter la lecture de cette suite.

L'histoire : “Quand l'Histoire se répète, il faut la réécrire.”
Troumesnil, Côte d’Albâtre, Normandie.
La maison de Madeleine est au bord du gouffre. Le maire aussi.
Depuis qu’il a tenté de déloger la doyenne, sa carrière est un enfer. Les médias se sont emparés de l’histoire, Madeleine est devenue une icône, la falaise un lieu de pèlerinage. Les touristes affluent au mépris des règles de sécurité, et l’opposition est bien décidée à en profiter. Lorsqu’un drame fait une première victime, l’avenir de Troumesnil bascule. Mais il reste un vestige du passé... Madeleine a 91 ans cette année.

Mon avis : J'ai beaucoup hésité à lire cette seconde aventure de Madeleine, car j'avais beaucoup aimé la première et je trouvais qu'elle se suffisait. Souvent, quand un auteur rallonge la sauce, on y perd beaucoup en charme. Disons qu'ici Duhamel ne s'en sort pas trop mal. 


Alors son dessin est toujours aussi quelconque : trait noir classique délimitant toutes les contours, aplats de couleurs assez moches... Mais à nouveau, le charme tient surtout aux personnages haut en couleurs par leur caractère et aux interactions entre eux. On retrouve aussi les thèmes déjà évoqués : accompagnement dans la fin de vie, écologie, politique populiste et racisme primaire. Duhamel en ajoute quelques nouveaux : nouvelles technologies, courses aux likes sur les réseaux sociaux, toujours avec un humour décalé et un ton léger pour ne pas donner de leçon. Mamie Madeleine balance les punchlines à tire larigot. 

J'ai apprécié que l'auteur donne plus de corps à son récit en intégrant une part historique importante, s'appuyant sur les traces de la Seconde guerre mondiale qui sont fortes en Normandie. Il ancre encore plus son récit dans la réalité, même si l'ensemble garde le charme du rocambolesque. Mais j'ai trouvé dommage que Balthazar soit relégué dans un rôle bien trop secondaire.


Jamais, le jour J, de Bruno Duhamel
Éditions Grand Angle
Septembre 2022

Commentaires

dasola a dit…
Bonjour La chèvre grise, Balthazar a un rôle secondaire mais il est là. Une BD que j'ai aimée. Bonne journée.
La chèvre grise a dit…
@Dasola : oui, il est là, et dans les deux albums son personnage est très secondaire, c'est sûr. J'aurais juste aimé qu'il ait un plus grand rôle :) Mais c'est un petit bémol de rien du tout, je te l'accorde.
tadloiducine a dit…
On espère un tome trois...
Vieillards pour vieillards, je rêverais d'un "croisement" avec les "Ni yeux ni maîtres" des Vieux fourneaux, venus en soutien...
Je me rappelle avoir ri en voyant Balthazar "penser"!
(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

Posts les plus consultés de ce blog

La cité Abraxas

MAM Paris #10 : Le peignoir jaune de Tal-Coat

Musée du Quai Branly #4 : Amériques