ShareThis

06 décembre 2017

Tout seul [Chabouté]

De Chabouté, j'avais déjà lu Moby Dick et je n'avais pas été convaincue. Surtout par l'histoire, que je connaissais pourtant, parce qu'elle me dérange et parce que j'ai une vraie aversion pour elle. Mais le dessin de Chabouté m'avait impressionnée. J'ai donc retenté une lecture, avec Tout seul cette fois, suite à un conseil sur Twitter.

L'histoire : 50 ans qu'il vit ici, sur ce caillou, dans son vaisseau de granit. Bateau immobile qui ne l'emmène nulle part et qui ne rejoindra jamais aucun port... Et pourquoi quitter ce lieu alors que le monde au-delà de cette satanée ligne d'horizon fait si peur ? Où s'évader lorsqu'on n’a nulle part où aller ? Comment combattre la solitude et empêcher que ce silence perpétuel ne devienne assourdissant ?... Des années passées sur son rocher, avec l'imagination comme seule compagne...

Mon avis : De l'émotion en page, un récit plein de poésie et d'humanité qui questionne forcément notre regard sur l'autre. Au rythme des vagues qui viennent se fracasser sur le phare, le lecteur plonge dans le récit, les jours s'étirent et on perd la notion du temps, sûrement comme cet homme enfermé dans cette tour au cœur de l'océan, depuis si longtemps.

Ce que j'ai pu aimer les boom annonciateurs de définitions pleines de charme et de poésie, mais aussi parfois de douleur et de solitude ! Cet album est un magnifique hymne à la tolérance et à se lancer à la découverte du vaste monde malgré nos peurs, à repenser la place de chacun dans la société.

Planche de Tout seul, de Chabouté


Le noir et blanc et le dessin épuré sont parfaitement adaptés à ce récit contemplatif, et sont d'autant plus importants qu'il y a en fait peu de texte et encore moins de dialogues. J'en suis ressortie touchée et émerveillée, parcourue de sentiments contradictoires, à la fois joyeuse et triste. Mais aussi pleine d'espoir.

Je n'en dirai pas beaucoup plus, juste qu'il faut absolument découvrir cette bande dessinée qui est un vrai coup de cœur !

Tout seul, de Chabouté
Éditions Glenat
Septembre 2008