Exposition : Berthe Morisot et l'art du XVIIIe siècle

Première femme du groupe des Impressionnistes, Berthe Morisot (1841 - 1895) participe assidûment à sept de leurs huit expositions et s'impose comme l'un de ses membres les plus actifs. Elle tourne le dos très jeune à l'enseignement académique et fonde avec Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Edgar Degas le groupe d'avant-garde les « Artistes Anonymes Associés » au sein duquel chacun offre une réponse personnelle à des préoccupations communes. 
 
Au bal, Berthe Morisot - huile sur toile, 1875

 
Eugène Manet à l'île de Wright, Berthe Morisot - huile sur toile, 1875

 
Jeune femme en toilette de bal, Berthe Morisot - huile sur toile, 1879


Femme à sa toilette, Berthe Morisot - huile sur toile, 1875 - 1880

Elle a évolué dès son plus jeune âge dans une société dont le cadre de vie célèbre l'art du XVIIIe siècle au quotidien. Dans les années 1860 à 1880, elle découvre les Watteau, Boucher, Fragonard, Perronneau... dorénavant exposés en grand nombre dans les musées. Sa peinture déploie des scènes intimistes et de la vie quotidienne, avec des couleurs claires et vibrantes.
 
Portrait de Louise Riesener, Berthe Morisot - huile sur toile, 1881

 
Autoportrait, Berthe Morisot - huile sur toile, 1885

Fillette au jersey bleu, Berthe Morisot - pastel sur toile, 1886

Paule Gobillard peignant, Berthe Morisot - huile sur toile, 1887

En 1885, l'exposition de pastellistes français marque un tournant, mettant en avant le talent de Jean-Baptiste Perronneau. Morisot s'essaie donc au pastel, l'utilisant autant que l'huile. L'inclinaison de la peintre pour l'inachevé se retrouve dans les deux techniques. Elle élabore au pastel les compositions des peintures et définit ses harmonies de couleur. Cela lui permet de peindre plus rapidement, libérant ainsi son geste et donnant une impression de spontanéité.

Julie Manet et sa levrette Laërte, Berthe Morisot - huile sur toile, 1893

À la maturité, Morisot fait l'éloge  du bonheur et de la grâce et s'imprègne d'un certain esprit du XVIIIe siècle dans lequel elle se reconnaît. Ses contemporains identifient immédiatement ce lien, évoquant une filiation spirituelle voire une parenté rêvée avec Fragonard. À noter également qu'elle et son mari eurent une réelle admiration pour le peintre français François Boucher (1703 - 1770) à propos duquel ils écrirent beaucoup. En 1892, peu après la disparition d'Eugène Manet, Berthe séjourne à Tours et pose son chevalet au musée des Beaux-Arts qui présente Apollon révélant sa divinité à la bergère Issé pour en représenter le détail de deux nymphes aquatiques entourées de roseaux.

Détail de Apollon révélant sa divinité à la bergère Issé, François Boucher - huile sur toile, 1750


Apollon révélant sa divinité à la bergère Issé, d'après François Boucher, Berthe Morisot - huile sur toile, 1892



Informations utiles :

Du 18 octobre 2023 au 03 mars 2024
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu'à 21h

Musée Marmottan Monet
2 rue Louis-Boilly
75016 Paris

Tarif : 14€
Tarif réduit : 9€

Site du musée Marmottan Monet ici

Commentaires

  1. J'aurais bien aimé la voir celle-là, entre Morisot et le XVIIIe siècle, cela devait être un régal !

    RépondreSupprimer
  2. 3 mars? Dommage, c'est fichu!

    RépondreSupprimer
  3. @ Nathalie : j'avoue avoir surtout aimé les tableaux de Morisot, plus que tout le XVIIIe siècle.

    @keisha : oui, j'y suis allée tardivement.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La cité Abraxas

Thérapie [Sebastian Fitzek]

Musée du Quai Branly #4 : Amériques