Le voyage de Marcel Grob [Philippe Collin & Sébastien Goethals]

Les auteurs
: Après La patrie des frères Werner, je retrouve le duo Collin et Goethals pour un deuxième récit trouvant ses racines dans la tragédie de la Seconde guerre mondiale.

L'histoire : 11 octobre 2009. Marcel Grob, 83 ans, se retrouve confronté à un juge d'instruction qui l'interroge sur son passé. Et plus particulièrement sur le 28 juin 1944, jour où ce jeune Français de 17 ans fut intégré à la Waffen SS, comme 10 000 de ses camarades alsaciens.

Mais Marcel était-il pris au piège des nazis, ou engagé volontaire ? Etait-ce un "Malgré-nous", ou un criminel de guerre? Le magistrat traque la vérité de ce passé trouble. Marcel Grob va devoir se replonger dans ses douloureux souvenirs, ceux d'un adolescent français forcé d'aller combattre en Italie au sein de la sinistre division Reichsführer.

Pour prouver son innocence, Marcel commence alors le récit d'un long voyage dans la nuit.

Mon avis : Où l'on (re)découvre l'histoire des Malgré-nous, ces Alsaciens engagés dans l'armée allemande de force. Avec l'histoire de Marcel, c'est donc celle d'un jeune adolescent contraint à l'incorporation dans les Waffen SS, rien de moins, soit la pire division allemande armée, responsable des pires massacres dans les villages en Europe. Marcel est un jeune homme qui ne semble pas vraiment se poser de question politique ou idéologique. Allemand ou Français ? Allié ou ennemi ? On ne saura jamais réellement où son cœur balance. 

Ce qu'on sait, c'est qu'il est mu pour l'envie de rentrer vivant chez lui et de ne pas faire subir de représailles à sa famille. S'enfuir ce serait trahir le Reich et ses proches, en plus de lui-même en cas de reprise, en subiraient les conséquences fatales. Le voilà donc à suivre les mouvements de troupe, au gré des affectations qui lui sont données. Il se retrouve dans un petit village d'Italie, Marzabotto, qui connait en septembre 1944 le même destin qu'Oradour sur Glane en France quelques mois plus tôt.


Des décennies plus tard, Marcel Grob se trouve devant un juge et raconte cette histoire. Faut-il le croire ? Chaque lecteur se fera son propre avis. En l'absence d'éléments concrets, on ne saurait présumé de l'idéologie qui habitait Marcel, présenté comme un simple témoin plus qu'un acteur de l'horreur. Il n'en demeure pas moins que l'histoire des Malgré-nous est réelle et reconnue.

Cet album met habilement en lumière un épisode que je ne connaissais pas des atrocités nazies durant la Seconde guerre mondiale. Pour autant, il s'inscrit dans la longue lignée des récits de ce type et ne se démarque pas beaucoup, ni par le style graphique ni par l'axe narratif. Pas très original donc. Mais je ne pense pas que ce soit le propos de cette série de Collin et Goethals, tout comme ce n'était pas le cas déjà avec La patrie des frères Werner. Leurs ouvrages se veulent avant tout instructifs et le but est ici atteint.


Le voyage de Marcel Grob, de Philippe Collon et Sébastien Goethals
Éditions Futuropolis
Octobre 2018

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cité Abraxas

MAM Paris #10 : Le peignoir jaune de Tal-Coat

Musée du Quai Branly #4 : Amériques